Vision

Pourquoi ?

De l’incompréhension de certains journalistes lors d’interviews avec les personnes que la société dénomme « handicapés » est né le magazine The Humans.

Trouver l’Autre bizarre, car différent par sa culture, sa religion, sa langue ou sa façon de manger semble être un réflexe humain. Nous prenons comme référence notre propre culture, nos propres valeurs, pour juger celles de l’Autre. Forcément, il est incompréhensible mais il est aussi, et bien souvent, répréhensible.

C’est la version light du mépris de l’Autre. Pour les personnes dites handicapées, la référence à la « normalité » est clairement énoncée. Le « eux » et le « nous » sont encore séparés d’une barrière physique, comme du temps où la moitié des gens de cette planète infériorisait l’autre moitié sous prétexte d’une différence de nature.

Les pays ont été, en partie, décolonisés, des droits humains et civiques ont été proclamés, mais les façons dont nous nous représentons les uns les autres n’ont pas changé du jour au lendemain.

The Humans, c’est au final une tentative pour que les mondes parallèles dans lesquels nous évoluons parviennent à se croiser, un point où nous pourrions entrevoir la perspective de l’Autre, son raisonnement, ses pratiques, et essayer de nous comprendre.

Comment ?

Contrairement à ceux qui répètent que rentrer dans le moule permet de « mieux s’intégrer à la société », nous pensons que c’est dans l’estime de soi et de ses particularités que nous nous réalisons personnellement, socialement, professionnellement, et sur tous les pans de notre vie.

Nous voulons valoriser et comprendre la diversité humaine, à travers une visibilité et une place entière donnée à ceux que les médias mettent toujours dans la même case. Donner réellement la parole, sans grille d’analyse préconçue, et prendre en compte les recherches en sciences humaines sont pour nous les deux facettes d’une même pièce, un idéal certes, mais qui nous pousserait à redécouvrir le monde.

Donner un espace d’expression à ceux qui ont des convictions, qui vont à contre-courant des modèles établis, comme les chercheurs, les artistes, qui contribuent à faire éclater nos représentations, est aussi essentiel à notre démarche. L’anthropologue Viveiros de Castro en parlait en terme de « décolonisation de la pensée » …

Send this to a friend